Tout est dans le vert

Nous avons commencé à recycler le verre usagé en Suisse depuis les années 1970. L’utilisation intelligente des matières premières constitue un élément essentiel de la durabilité écologique.

Le verre est une matière naturelle recyclable à 100 pour cent sans perte de qualité. Le verre représente la vision d’un emballage durable qui sera toujours le premier choix des consommatrices et consommateurs soucieux de leur santé et de l’environnement.

Le recyclage améliore le bilan environnemental

Le recyclage, c’est le bon choix tant au niveau écologique qu’économique. La réutilisation du verre usagé a ainsi considérablement amélioré le bilan environnemental de la production de verre en quelques décennies à peine. Grâce au recyclage et à des innovations technologiques, l’industrie européenne du verre d’emballage a réduit les émissions de CO2 et les déchets de 75 pour cent au cours de ces 25 dernières années. Pour la fabrication de verre blanc et brun, nous pouvons réutiliser jusqu’à 60 pour cent de verre usagé. Pour le verre de couleur verte, ce chiffre atteint même les 100 pour cent. La qualité et la préparation du verre collecté sont déterminantes. En fabriquant des emballages en verre, nous créons de la valeur ajoutée aux trois niveaux de la durabilité: économie, société et environnement.

Développement durable

Nous avons pour objectif d’améliorer sans cesse les modes de production durables dans la fabrication du verre. Nous travaillons ainsi à réduire la quantité de matériel mis en œuvre ainsi que la consommation d’énergie pour la fabrication et le transport.

Consommation totale d’énergie en GWh

La fabrication de verre est très consommatrice en énergie. 84 pour cent des besoins sont couverts en gaz naturel.

Mélange des matières premières avec une part de groisil.

La part de verre usagé se réfère à l’ensemble du groupe Vetropack. Dans certaines usines, cette proportion peut atteindre jusqu’à 83 pour cent.

Émissions de gaz à effet de serre selon les sources

L’énergie thermique pour les bassins de fusion représente plus de 60 pour cent de la totalité des émissions de gaz à effet de serre de la production.

Nous prenons nos responsabilités par rapport à l’environnement: améliorer l’empreinte écologique

L’empreinte carbone d’un emballage en verre est déterminée par quatre facteurs majeurs: l’énergie nécessaire à la production, la quantité de verre usagé utilisée, la distance de transport jusqu’à l’embouteilleur et le choix du moyen de transport. La production de verre nécessite des températures élevées de l’ordre de 1600 degrés Celsius. L’amélioration de l’efficacité énergétique du processus de fusion est un défi permanent. Les machines de dernière génération préchauffent le mélange de matière première et consomment ainsi moins d’énergie pour la fusion elle-même. En même temps, la chaleur dégagée par les bassins de fusion peut être mieux exploitée, par exemple comme source de chaleur pour le chauffage à distance des bâtiments environnants.

Technologie de verre léger et trajets de transport courts

Les technologies de verre léger qui permettent de produire des récipients en verre aux parois fines présentant une stabilité et une solidité identiques contribuent à réduire sensiblement l’empreinte carbone d’un emballage en verre. La réduction des émissions de CO2 grâce à la réduction du poids oscille entre 12 pour cent et 17 pour cent pour les bouteilles de verre de type courant. La distribution régionale d’une bouteille et son transport par train permettent d’améliorer encore davantage le bilan énergétique.